Observatoire AMAROK
Publiée le mercredi 27 Janvier 2016 - Commerce

Cellule de Coordination et d’Accompagnement de l’Hérault

L’Observatoire Amarok et ses partenaires ont lancé la Cellule de Coordination et d’Accompagnement de l’Hérault (CCA Santé 34) destinée à soutenir les commerçants, les artisans, les professions libérales, exploitants agricoles, victimes de braquages, agressions ou violence dans l’exercice de leur activité professionnelle.

Mots-clés: 
  • # stress post-traumatique # agression # santé # commerçants

En 2014, ce sont 4 430 braquages qui ont été recensés en France (source : ministère de l’Intérieur). Dans certains cas, ces événements peuvent occasionner un état de stress post-traumatique qui, à ce jour, dès lors qu’ils concernent les chefs d’entreprises de tous secteurs, n’est pas pris en charge.

Si la prévention primaire consiste à réduire les risques de violences et la prévention secondaire à mettre en place des formations dans le but d’apprendre à gérer une éventuelle agression, l’objectif de la prévention tertiaire est d’agir sur les conséquences d’une agression, en accompagnant la personne concernée au sujet de sa santé, en particulier sur un plan psychologique.

S’appuyant sur des recherches scientifiques menées par l’Université de Montpellier (Chaire santé des travailleurs non-salariés), l’Observatoire AMAROK a montré la nécessité de prendre en compte la souffrance (stress aigu) et les séquelles (stress post-traumatique) des chefs d’entreprise indépendants, victimes de violences, d’agressions et/ou de braquage.

Fonctionnement de la Cellule de Coordination et d’Accompagnement de l’Hérault

La Cellule de Coordination et d’Accompagnement de l’Hérault (CCA Santé 34) est un dispositif, mis en place à titre expérimental pendant 12 mois. A l’issue de cette période, les conclusions qui seront établies permettront d’envisager la pérennisation et la généralisation ou non d’une telle structure. La cellule peut être contactée par le numéro vert 0800 501 201.

Le chef d’entreprise indépendant qui contacte la cellule est mis en relation avec le service d’intervention de l’Observatoire Amarok (Bernard-Marie AUGUSTIN ou Laure CHANSELME), qui lui proposera un premier débriefing qui sera suivi d’une rencontre directement au sein de son entreprise.

Si une urgence psychologique est détectée, il lui sera alors immédiatement proposé d’être mis en relation avec la psychologue clinicienne affiliée à ce dispositif, qui lui proposera alors de débuter un suivi thérapeutique. Si rien de particulier n’est détecté lors de ces premiers contacts, un deuxième échange téléphonique aura lieu 3 semaines plus tard, dans le but de détecter la présence ou non d’un état de stress post-traumatique, et le cas échéant, de proposer un suivi thérapeutique avec la psychologue clinicienne.

Les indépendants, une population spécifique face à ces traumatismes

Une étude de terrain réalisée par l’Observatoire Amarok montre que sur 13 commerçants et artisans braqués aucun n’a sollicité de structures comme des associations de victimes. Par ailleurs, les indépendants ne consultent pas d’eux-mêmes un psychologue sauf en cas d’obligation légale. De plus, les travailleurs non-salariés sont souvent en position d’hommes ou de femmes-clés de l’entreprise. Une absence de leur part peut occasionner directement une perte de chiffre d’affaire (ex : magasin fermé).

Pour cette raison, les travailleurs indépendants sont moins souvent en arrêt de travail que le reste de la population. De manière générale, les travailleurs non-salariés sont moins suivis par le médecin, que les salariés. Enfin, à la différence, par exemple, d’un salarié d’une banque victime d’un braquage, un chef d’entreprise indépendant ne peut pas être affecté à un autre poste ou dans une autre agence et ne peut bénéficier d’un accompagnement par la médecine de santé au travail, celle-ci n’existant pas pour les indépendants.

Téléchargez le fonctionnement de la Cellule Coordination Accompagnement_2016 (.pdf - 182.57 Ko)

Contact : Laure CHANSELME c/o Amarok - laure.chanselme@gmail.comnuméro vert 0800 501 201 

www.observatoire-amarok.net 

Alerte Sécurité : commerces & entreprises